312488_278450375611168_487236853_n

Kathryn Bigelow signe avec "Zero Dark Thirty" le premier film sur la traque et l’arrestation de Ben Laden et peut-être bien déjà LE film référence sur cet événement  majeur de ce début de XXIème siècle. La réalisatrice nous montre comment la CIA a opéré depuis le 11 septembre 2001 pour retrouver la trace de l’ennemi public numéro 1 et ensuite comment cette même CIA a resserré le piège sur lui une fois localisé, jusqu'à son élimination.

En un peu plus de 2h30, la réalisatrice filme de manière distanciée, sans affect et sans aucune complaisance, la manière avec laquelle ont été traités les présumés terroristes, mais aussi comment s’est organisée durant dix longues années la traque acharnée d’Oussama Ben Laden, nous plongeant au cœur des cellules anti-terroristes, dans les salles d’ordinateurs, dans les administrations et sur le terrain.

Le film ne prétend pas à l’analyse géopolitique. Il est centré sur les agents américains qui ont participé à la traque, à leurs relations, leurs motivations, et au processus de décision ayant déclenché le raid, avec pour traumatisme initial, les attentats du 11 Septembre. Le film s’ouvre ainsi sur des appels téléphoniques réels de victimes, passés quelques secondes avant la collision de l'avion dans la seconde tour du World Trade Center. C’est sans compter le final ahurissant et spectaculaire de cette quête effrénée. Un raid d’infiltration grandiose de la résidence du terroriste, plongée dans l’obscurité : le spectateur suit alors l’avancée des soldats  en partageant leurs lunettes à vision nocturne, et pénètre avec eux dans l’antre de Ben Laden, pas après pas, mort après mort. La froideur de la mise en scène fond sous les coups de feux jusqu’à l’apothéose finale.

 

Haletant, fort et brillant, "Zero Dark Thirty" frappe également les esprits à un autre titre.

zero dark thirty

"Zero Dark Thirty" nous donne également à réfléchir au prix que chaque démocratie doit payer chaque jour pour que chaque citoyen puisse continuer à vivre libre comme l’Air. L’adage familier postule que "la liberté n’a pas de prix", or elle en a un ! Et c’est ce que nous rappelle magistralement cet opus.

Il y a évidemment un effort financier non négligeable à payer pour rester libre. Pour capturer Oussama Ben Laden, la CIA emploiera les technologies les plus modernes et dépensera plusieurs centaines de millions de dollars. A ce prix financier s’ajoutent le temps, la patience et l’obstination. Dur prix à payer que ce voile noir qui éteint une décennie entière, une Amérique cherchant son chemin dans la pénombre en voulant l'éclairer par la guerre. De plus, cette guerre indicible, invisible et sournoise fait payer un lourd tribut humain aux démocraties. Piètre contrôleur aérien mais terroriste efficace, Oussama Ben Laden est le grand responsable de l’attentat du 11 septembre 2001 et de ses 3 000 morts.

Plus lourds encore sont les compromis à faire avec la morale et les idéaux sur lesquels sont fondées nos démocraties. Car pour lutter contre le terrorisme masqué, les démocraties doivent transiger chaque jour avec leurs principes. Ce film, haut en douleur, nous plonge la tête dans l’eau glacée d’une séance de torture suffocante. Ce qui crée une vive polémique aux États-Unis. Pourtant chacun sait que la guerre aujourd’hui n’en est plus à  "Messieurs les Anglais, tirez les premiers"…

 

"Zero Dark Thirty" est en compétition pour la prochaine cérémonie des Oscars qui aura lieu le 24 février, notamment dans la catégorie "meilleur film". On souhaite tous les honneurs à ce film qui le mérite !

 

Sortie le 23 janvier 2013. Réalisé par Kathryn Bigelow. Avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Joel Edgerton.