f99ca7f88391b25b490dfada00d79d2b

Et si Halloween était né du catholicisme ?

Le mois d’octobre s’est terminé hier encore et  comme chaque année depuis plus d’une décennie avec enfants déguisés et citrouilles illuminées dans nos rues. Les adultes ont paradé dans leurs costumes les plus horribles pour fêter la veille de la Toussaint comme il se doit. L’irrésistible village gaulois aurait-il succombé aux sirènes commerciales anglo-saxonnes ? Certains pensent  qu’il s’agit d’un divertissement bien innocent ; d’autres y voient une fête américaine qu’on propage à des fins mercantiles ; d’autres encore clament que celle-ci est indéniablement d’origine païenne.

Pour les catholiques bons teints tels que l’Evêque de Clermont-Ferrand, Hippolyte Simon, « tout se passe comme si la société française était à la recherche d’une sorte de religion civile capable de remplacer la symbolique chrétienne ».

Et pourtant… A bien y regarder,  les origines d'Halloween sont profondément enracinées dans la théologie et les coutumes populaires des catholiques. Le mot HALLOWEEN est en réalité la contraction d’une expression attestée en Écosse en 1556: All Hallows Even. Even est un vieux mot anglais signifiant « veille » et qui désignait le jour ou la soirée précédant une fête chrétienne. All signifie « tous ». Quant à Hallows, il s’agit d’un mot ancien qui signifiait « les Saints ». Ainsi, l’ancienne expression All Hallows Even, aujourd’hui devenue Halloween correspond aux expressions françaises « la veille de la fête de tous les Saints » ou « la veille de la Toussaint ».

Comme l’indique son nom, cette fête est à la Toussaint ce que le réveillon et la veille de Noël sont à Noël. Les catholiques commencèrent à célébrer la Toussaint suite à la dédicace par le pape Grégoire III de la chapelle de Tous les Saints de Rome qui eut lieu le 1er novembre 732. Cette fête ne sera déclarée jour d’obligation qu’en 835 par le roi de France, Louis le Pieux. Plus tard, les catholiques de France puis du reste du monde commencèrent à célébrer la commémoration des fidèles défunts suite à l’exhortation de saint Odilon de Mercœur, abbé du monastère de Cluny, de prier pour les âmes souffrant dans le purgatoire qui eut lieu le 2 novembre 998. C’est ainsi que les catholiques commencèrent à commémorer tous les saints du ciel et tous les fidèles défunts au purgatoire.

Ce furent les catholiques d’Irlande qui eurent l’idée de se souvenir aussi de ceux qui n’étaient pas parvenu à éviter l’enfer. Après tout, ces âmes-là aussi avaient été créées à l’image de Dieu et, bien qu’à jamais séparées de Lui, le Seigneur n’avait cessé de les aimer. Ainsi, chaque veille de la Toussaint, les catholiques irlandais eurent comme coutume de frapper sur des casseroles et des marmites afin que les damnés sachent qu’ils n’avaient pas été oubliés. De cette manière, on se souvenait en Irlande de tous les morts, qu’ils furent au ciel (1er novembre), au purgatoire (2 novembre) ou en enfer (31 octobre).

Alors,  « souviens-toi, chrétien, que tu as aujourd’hui l’enfer à éviter » !