1489260_10152116493280761_793316152_n

Avec les pantalons qui raccourcissent, les chaussettes ne se cachent plus. C’est le moment de faire attention aux associations de couleurs et de motifs. Comme un antidote à la morosité, le vestiaire masculin met la fantaisie à ses pieds.

Question chaussettes, il y a deux écoles. La discrète qui ne jure que par le noir ou le bleu marine et qui considère le brun comme une audace. Plus sure d’elle-même, l’élégante s’octroie des libertés essentielles comme d’assortir ses chaussettes à ses cravates, d’oser les couleurs vives, les motifs (chevrons, tartans, aryle, etc.). Les modèles de type humoristique avec de mini hamburgers ou des figurines sont, quant à eux, naturellement prohibés.

Dans les deux écoles, il y a des connaisseurs, ceux qui savent distinguer la laine, le cachemire, le coton, le fil d’Écosse du polyester et de tous les tissus fabriqués à base de bouteilles plastiques recyclées. Il y a ceux qui connaissent les règles et ceux qui les ignorent.

À défaut de repriser nos chaussettes (attitude par trop petite bourgeoise), on sera précis sur la question. Mais attention, les chaussettes aussi ont des codes et des règles à respecter !

tsr_herren_socken

1- La matière

De la laine fine en hiver, du fil d’Écosse en été et du jersey pour les tenues casual. Et rien d’autre ! Pas de matières synthétiques surtout car il n’y a rien de pire qu’un gentleman qui sent des pieds. Et le cachemire, si doux en hiver ? Oui, si vous avez les moyens de ne porter vos chaussettes qu’une fois. Aucune paire ne résiste aux lavages successifs.

2- La hauteur

Le gentleman les porte hautes –au minimum à mi mollet – tandis que le « Charlie » se contente des basses afin de bien faire admirer sa pilosité lorsqu’il croise les jambes. Dans tous les cas, la chaussette ne doit pas « tirebouchonner » sur la cheville. À l’achat, on peut tester l’élasticité et la qualité du tissage en tirant sur la tige et en examinant les renforts à la pointe et au talon.

3- Le tissage

Le tissage à côte est particulièrement adapté à la chaussette traditionnelle. Pour que la chaussette soit belle et durable, un tissage plat requiert une technique parfaite et permet moins d’élasticité.

4- L’uni ou les motifs ?

chaussettes_hommes

L’uni est toujours un sans-faute mais peut s’avérer un peu triste. Le motif est un raffinement, on aurait tort de s’en priver. Iconique et indémodable, le légendaire Aryle de Burlington a ses inconditionnels. Moins vus, les deux tons dans la côte ou les petits points brodés conviennent bien aux tenues de villes. Une merveille facile à porter, le Prince de Galles en bichromie. Les rayures horizontales, façon Duc de Windsor, sont moins faciles à porter mais elles ont leurs partisans.

5- Les couleurs

La règle de base selon laquelle il faut assortir la chaussette à la chaussure ou au pantalon peut être transgressée. Aujourd’hui, les demoiselles voient la vie en technicolor, au point qu’elles sont devenues de véritables accessoires de mode. Elles peuvent même souligner assez efficacement une pièce de votre silhouette. Elles ont le pouvoir de mettre en valeur une veste de couleur par exemple, portée avec un pantalon sobre. Le regard peut ainsi se jeter sur l’ensemble de votre allure et non uniquement sur ladite veste. Et puis, pourquoi ne pas accorder vos accessoires avec la couleur de vos chaussettes ? Il faut alors que les chaussettes adoucissent ou ravivent la couleur des chaussures, tout en restant en accord avec le reste des accessoires. Si vous portez du violet, oubliez les chaussettes orange ou jaune. Votre tenue a une majorité de rouge ? Toutes les teintes de marron, beige, taupe sont à bannir… L’accord des couleurs est important jusqu’aux pieds !

6- Les marques

silhouette-chaussettes

Depuis qu’internet a permis l’éclosion de distributeurs de chaussettes on line, comme www.meschaussettesrouges.com, on a tendance à oublier que tous les fils d’Écosse ne se valent pas. La qualité des chaussettes du marché est très variable et un bon marketing ne fait pas une chaussette qui dure…

Dans notre hit-parade, il y a Doré-Doré parce que le made in France est à la mode et que la qualité est toujours là depuis que le propriétaire de Gallo a racheté la vénérable maison française en 2003. L’Allemand Falke est aussi un incontournable de la chaussette et ce depuis 116 ans (demandez la gamme Luxury, vous ne le regretterez pas !). Ensuite, vient Gammarelli, fournisseur du pape (pour le plaisir de la conversation), à rapporter d’un week-end à Rome pour un genre aristo-preppy. Il y a aussi Mazarin Grand Faiseur avec une fabrication Gammarelli mais une gamme de couleur allant au-delà des trois ecclésiastiques. On les trouve chez Stark & Sons (16, rue de la Paix). Les initiales peuvent aussi être brodées sur les chaussettes. C’est ce que propose le Japonais Tabio. Une multitude de couleurs et de polices sont possibles. 3 €, les 3 caractères (22 rue de la Paix www.tabio.fr). Enfin, les Burlington qui malgré leur côté « college boy » restent une vraie référence surtout en laine pour l’hiver. À vous de jouer !

 

Bref, vos chaussettes peuvent désormais tout oser, surtout les couleurs ensoleillées. Le pied !